Membres

FRANCIS KLEYNJANS, Président d’Honneur


Nous avions, Roland et moi, cette passion commune qui  nous unissait : la composition.

Et nous avions de nombreuses occasions de pouvoir faire connaître nos œuvres en les jouant en concert, que souvent nous partagions.

Mon « frère de notes » – comme j’aimais l’appeler – nous a quittés, mais il laisse une œuvre unique et magnifique ainsi que des enregistrements qui témoignent de son immense talent d’interprète. Quelle chance merveilleuse de l’avoir connu et surtout d’avoir été uni par une profonde amitié. Francis Kleynjans

Né à Paris, le 15 avril 1951, Francis Kleynjans commence l’étude de la guitare classique à l’âge de 14 ans. Élève d’Alexandre Lagoya au conservatoire national de musique de Paris, il parachève sa formation avec le grand guitariste vénézuélien Alirio Diaz. La Fondation Yehudi Menuhin en fait son lauréat.

Non seulement interprète de talent, mais compositeur reconnu, il emporte le premier prix au 22e concours de guitare de Paris pour À l’aube du dernier jour.

Son œuvre (environ 600 pièces) est jouée dans le monde entier. Francis Kleynjans est présent en Europe dans les plus grands festivals relayés par la radio et la télévision ; ses trois concertos sont joués aux États-Unis et au Canada. Il a également transcrit une centaine d’œuvres pour guitare. Francis Kleynjans a enregistré onze disques compacts sur lesquels figurent plus de 200 de ses compositions.

Laura Dyens-Taar

Présidente de l’association

De quelques années sa cadette, Laura Dyens-Taar a grandi aux côtés de son frère Roland Dyens dans l’appartement familial de Meudon (Hauts-de-Seine).

L’art étant omniprésent dans la famille Dyens, elle s’oriente naturellement vers la danse, comme professeure de danse, chorégraphe et journaliste. Elle est ensuite responsable de l’animation de la Maison pour tous de Ville-d’Avray (Hauts-de-Seine) puis de l’Aquaboulevardde Paris, avant d’être nommée directrice de la MJC de Torcy, directrice des affaires culturelles de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) et enfin de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

C’est en 2013 que Laura décide de monter son bureau de production La Locomotive des Arts, portée et motivée par son envie d’accompagner les artistes et leurs projets.

Aujourd’hui, elle se partage entre la Locomotive des Arts, l’EAC (école des arts et de la culture) à Paris où elle enseigne la structuration du spectacle vivant et la présidence de l’association Roland Dyens in the skaï.

Jacques Misrahi

Vice-président de l’association

Jacques à commencé la guitare en 1974-75 au Pays-Bas puis a suivi une formation de trois ans à l’École Normale de Musique de Paris à partir de 1979. Il étudie ensuite à Évreux avec Arnaud Dumont. Puis donne des récitals en France, en Italie, au Mexique, en Allemagne, au Pays-Bas… En 1995 il créé l’association « L’atelier musical », école de musique à Fontenay-sous-bois (94), qu’il gérera jusqu’en 2017. En parallèle, en 2003, il créé le Festival et concours de guitare de Fontenay-sous-bois qui décernera des prix à des artistes comme : Orestis Kalampalikis, Gabriel Bianco, Raphaël Feuillâtre ou encore Yohan Foster, ces deux derniers ayant également gagner le premier prix de la GFA en 2018 et 2019. Après deux concerts en 2006, Jacques Misrahi sera l’agent, pour la France, de Roland Dyens jusqu’en 2016, année de la disparition de ce dernier. Jacques est aujourd’hui professeur de guitare, directeur artistique du Festival et concours de guitare de Fontenay-sous-bois, agent de Liat Cohen et Vice-président de l’association Roland Dyens in the skaï.

Françoise Pech

Trésorière

Titulaire du diplôme universitaire d’études approfondies en musicologie et primée dans les classes d’écriture, analyse et histoire de la musique de la Schola Cantorum de Paris, Françoise Pech est organiste titulaire de l’orgue de l’église Saint Germain d’Orly et chef de chœur de l’ensemble A Contretemps de Draveil qu’elle a créé et dirige depuis 1982.

Séduite par des projets originaux, elle n’hésite pas à répondre aux invitations du choeur de Guadeloupe à Pointe-à-Pitre, aux projets d’oratorios du COFO  à Paris-Bercy ou au Palais des congrès de Paris. Depuis 2010 elle est vice présidente de la SFCC – Société Française des Chefs de Chœurs. 

 Successivement Directrice du conservatoire de Draveil puis de celui d’Orly avant d’être  Directrice des affaires culturelles de la ville d’Orly, elle fonde un festival de chant choral « Orly chante », assure la direction artistique des « Concerts de Saint-Germain », et développe sa palette artistique dans le domaine du théâtre, du cinéma, des arts plastiques, du patrimoine.

En 2015 elle rejoint en tant que conseillère artistique l’association «  La Locomotive des Arts » dont les objectifs orientés vers l’accompagnement et la production d’artistes s’inscrivent précisément dans son désir de transmission de compétences acquises au cours de sa carrière.

Valérie Folco

Secrétaire

Valérie FOLCO a été l’élève de Roland Dyens de 1985 à 1995 avant de faire partie de son octuor OCTOPUS pour lequel furent créés les premiers ensembles pour guitare qu’il composa et dirigea.

Collaboratrice des « Cahiers de la guitare » et aujourd’hui, de « Guitare Classique » elle a écrit les pièces pédagogiques «  Premiers pas » et différents articles et chroniques.

Elle forme un duo avec Sebastian Morales avec lequel elle s’est produite dans de nombreux pays et festivals, mais aussi pour les Jeunesses Musicales de France, les Croisières Paquet etc..

Spécialiste de la musique sud-américaine elle anime un stage annuel à Saint-Antoine l’Abbaye (Fr) au cours duquel elle a dirigé beaucoup d’œuvres pour ensembles de Roland Dyens .

Valérie Folco est actuellement professeur au Conservatoire de Puteaux (92).

Orestis Kalampalikis

Secrétaire adjoint

Orestis Kalampalikis est né à Athènes (Grèce) en 1981 et a commencé la guitare à l’âge de 7 ans. Après des études musicales au Conservatoire National d’Athènes (classe de Yiannis Petridis), il a été admis en 2005 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Roland Dyens où il a obtenu son Diplôme de Formation Supérieure en 2009.

Pendant cette période il a remporté des concours internationaux en tant qu’interprète : 1er Prix du Conservatoire de Filippos Nakas-Patras en 2006; 1er prix du Concours Panhellénique de Veria en 2006, 3eme prix de “The Ivor Mairants Guitar Award”, Londres en 2006, et 1er prix du Concours de Fontenay-sous-bois en 2007. Il a également suivi plusieurs master-classes (Zoran Dukic, Oscar Ghilia, François Martin, David Russel, Carlo Marchione, Hubert Kappel, Vladimir Mikulka et autres)

Puis il a étudié la composition auprès de Bernard Cavanna au Conservatoire des Gennevilliers, et la direction d’orchestre auprès d’Henri-Claude Fantapié (Conservatoire de Noisy-le-sec).

Parmi ses oeuvres, trois ont remporté des concours internationaux de composition pour guitare au “World Guitar Competition” à Novisad, Serbie, en 2012, au “Lycia Guitar Days” à Antalya, Turquie, en 2014 et au “Nilufer Guitar Days” à Bursa en Turquie en 2015.

La plupart de ses oeuvres sont éditées chez les “Productions d’Oz”, et sont enregistrées sur l’album “Blues for a Woodpecker” (2018).

En parallèle à sa carrière de soliste, il collabore avec d’autres artistes comme la chanteuse mezzo-soprano Mashal Arman avec qui il produit des récitals de musique anglaise en duo (Dowland, Britten…), comme la soprano Cybèle Castoriadis qu’il accompagne à la mandoline, à la guitare classique et à la guitare électrique, ainsi qu’avec la guitariste Elena Papandreou pour laquelle il compose des arrangements de Manos Hadjidakis, pour poursuivre le travail inachevé de son Maestro. 

Orestis Kalampalikis compose aussi pour le théâtre. Il a participé à des créations avec la compagnie RL pour le spectacle “Iliade Brisée” de Laurence Campet, ainsi qu’avec la compagnie “Les Hypocrites”, Urubu productions, et récemment la compagnie «  Dès l’Aube » pour le spectacle marionnettiste et musical « Yoyo ». 

Aujourd’hui, Orestis Kalampalikis participe à un grand projet autour du compositeur Roland Dyens  tout en poursuivant sa carrière de guitariste et compositeur. 

Jérémy Jouve

Membre du Conseil d’Administration

Nommé par la radio internationale FIP « nouvel ambassadeur de la guitare classique de par le monde », Jérémy Jouve multiplie les tournées internationales et les enregistrements avec un seul objectif : faire rimer guitare classique et modernité.

Ses études musicales, à l’École Normale de Musique puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP), où il suit l’enseignement de grands maîtres, dont Alberto Ponce et Roland Dyens, l’orientent vers un profond amour et respect du texte, une recherche incessante du « beau son » et une intime compréhension de l’architecture des œuvres qu’il choisit d’interpréter.

De ce parcours hors norme : prix de conservatoire à treize ans, première tournée en Europe à seize, seul guitariste à intégrer la classe de perfectionnement du CNSMDP et lauréat du prestigieux concours international de guitare GFA à vingt-quatre ans au Mexique, le jeu de Jérémy Jouve, garde une forte empreinte de sincérité.
Le GFA en 2003, lui ouvre les portes d’une tournée nord-américaine de cinq mois, et d’un premier enregistrement chez Naxos, suivit, de deux disques consacrés à l’œuvre exigeante, pour guitare solo, de Joaquín Rodrigo, d’un DVD chez Melbay « Concert Live » (2009), et d’un disque, en duo avec flûte, pour Reference Recording, nominé aux Grammy Awards 2014.

De ces opus, ressort, sa forte volonté de mettre en avant le riche répertoire de la guitare classique. Jérémy Jouve mène en effet alors un intense travail de recherche manuscrite, pour être toujours au plus près de l’essence des œuvres, et de l’âme des compositeurs ; cherchant plus à mettre en avant son instrument et les compositions originales.
Ce travail lui aura valu notamment la reconnaissance de Cecilia Rodrigo, fille du célèbre compositeur : « Quelle poésie dans vos interprétations et quel travail ! Je vous suis extrêmement reconnaissante. Mon père, Joaquín Rodrigo, aurait été très fier de vous ».

Par son dernier album : « Cavalcade », fruit d’une exaltante collaboration avec le compositeur Mathias Duplessy, Jérémy Jouve marque un tournant dans sa carrière. En défenseur du répertoire de la guitare classique, il souhaite l’étendre et lui donner ses lettres de noblesse, dans le répertoire contemporain cette fois. La musique mise en avant par Jérémy Jouve dans cet album, jouant un rôle moteur dans la création du répertoire, est une musique sans frontière, mêlant le flamenco, la musique indienne, à des accents ravéliens.
Cette musique est à l’image de la guitare classique qu’il souhaite incarner : libre.

Fort de cette dynamique il crée en 2019 le Festival International Guitare en Alpes pour réunir les plus grands noms autour de la guitare, en conviant tous les instruments et toutes les influences.

En parallèle de ses tournées et enregistrements, Jérémy Jouve enseigne la guitare depuis 2018 au Conservatoire de musique de Genève et a été nommé professeur au Conservatoire à rayonnement régional de Paris en janvier 2020, succédant ainsi aux grand maîtres Gérard Abiton, Pedro Ibañez et Ramon de Herrera.

Jean-Marc Zvellenreuther

Membre du Conseil d’Administration

Curieux et passionné, Jean-Marc Zvellenreuther explore l’univers musical dans toute sa diversité. Guitariste, pédagogue, chef d’orchestre, il s’enrichit auprès de ses élèves et au contact de musiciens et artistes de divers horizons.

Musique contemporaine, jazz et improvisation, transcription, opéra et orchestre, il s’investit partout et toujours avec la même exigence artistique. Il porte aussi un regard nouveau sur le répertoire et la forme du concert, grâce aux nouvelles technologies, comme avec son projet iberialbeniz

Proche des compositeurs d’aujourd’hui, il crée et joue de nombreuses oeuvres nouvelles en solo, au sein d’ensembles comme ars nova, United Instruments of Lucilin ou l’ensemble intercontemporain et avec sa formation le Trio polycordes.

Disciple d’Alberto Ponce, Jean-Marc Zvellenreuther a été son assistant au Conservatoire de Paris pendant sept ans. Le maître espagnol lui a transmis les secrets de son art, perpétuant la tradition de Tarrega et Emilio Pujol.

Titulaire d’une classe de guitare au CRR de Boulogne-Billancourt, Jean-Marc Zvellenreuther a été le premier guitariste à enseigner la didactique de l’instrument au département de pédagogie du CNSMDP. il est actuellement professeur assistant dans cet établissement et enseigne au PSPBB

Jean-Marc Zvellenreuther joue dans les plus grandes formations symphoniques et opéras. Il connaît l’orchestre de l’intérieur, et s’intéresse naturellement à la direction. Formé par Nicolas Brochot, il est invité à diriger des sessions d’orchestre avec les étudiants du pôle sup’93 et PSPBB notamment dans le répertoire moderne et contemporain. Il dirige aussi les étudiants du Conservatoire de Paris, ainsi que divers concerts et projets comme la première en France de Kammermusik 1958 d’Hans Werner Henze à la Péniche-opéra.

Parmi ses projets figurent les 7 pêchés capitaux avec l’Ensemble intercontemporain et Tanztheater Wuppertal Pina Bausch au Châtelet, et 50/50 Joplin/Hendrix avec le trio Polycordes et Sequenza 9.3

Larry J. Snitzler

Membre du conseil d’administration

Larry Snitzler donne son premier récital de guitare à 18 ans. Plus tard, il voyage dans plus de 20 pays, donne des centaines de récitals comme soliste, et joue de nombreux concerts de musique de chambre. Il se produit régulièrement dans ses conservatoires et festivals de musique internationaux où il donne des concerts, des classes de maître, et des présentations en trois langues.

À l’âge de 16 ans, après avoir entendu un enregistrement d’Andrés Segovia, il commence à étudier la guitare avec Sophocles Papas à Washington D.C. (États-Unis). Trois ans plus tard, M. Papas demande à Segovia d’écouter son élève, et ce dernier invite Larry à suivre ses classes de maître à l’Academia Chigiana à Sienne en Italie. Segovia lui offre ensuite une bourse pour assister à ses cours d’interprétation de musique espagnole à Saint Jacques de Compostelle. Ainsi est forgé un lien entre les deux artistes qui durera 25 ans. Pendant les cinq années suivantes, Larry Snitzler fait partie d’un petit groupe d’élèves qui parcourent littéralement le monde pour suivre les classes de maître données par Andrés Segovia. À la même époque, il étudie aussi avec le duo de guitaristes français Alexandre Lagoya et Ida Presti, à l’académie d’Été à Nice.

Il quitte les États-Unis à 21 ans pour vivre à Paris, où il étudie la théorie et l’interprétation de la musique avec Nadia Boulanger. En même temps, il commence à donner des concerts dans toute l’Europe, l’Afrique, le Moyen-Orient et les pays du continent Américain. À Paris il étudie aussi avec le guitariste Oscar Ghiglia et le compositeur Jean Catoire. En 1986 il est invité à participer à un concert à Los Angeles en l’honneur d’Andrés Segovia, qui continuera de lui donner des conseils jusqu’à sa mort.

Larry Snitzler est l’un des membres fondateurs du Washington Guitar Quintet. Il collabore longtemps avec la National Public Radio (États-Unis), en tant qu’animateur, interprète et producteur, où il créer des programmes primés, tels que Guitar Notebook, Concert Guitar avec Larry Snitzler, et !SEGOVIA!, une série de 13 entretiens avec Andrés Segovia.

Il a collaboré avec la prestigieuse Guitar Review, pour laquelle il écrit de nombreux. Il a été coprésident du Comité Musical du National Endowment for the Arts, consultant musical pour la National Gallery of Art (Washington, D.C.), ainsi qu’au Metropolitain Museum of Art de New York.

En 2016, Larry Snitzler quitte la George Mason University (Virginie, E-U) où pendant 40 ans il était Directeur du Département de guitare et Professeur de Guitare et Musique de Chambre. Il y est maintenant Professeur Émérite de Recherche. Cette même année il établit sa résidence à Santiago, Chili. Il est membre du conseil d’administration de Roland Dyens in the skaï (Paris) et aussi membre du conseil d’administration de l’Association Presti-Lagoya (Nice).

Larry et Roland se sont rencontrés quand ce dernier est venu jouer à Whashington D.C. pour la première fois. Une amitié se crée rapidement grâce à leurs intérêts communs, dont évidemment la guitare, mais aussi toutes sortes de musiques et… la cuisine. Multilingues, les deux amis adoraient se moquer l’un de l’autre en corrigent leurs petites fautes et s’échangeaient des jeux de mots en français, anglais et espagnol.

Marie Chabrun

Menant de front des études de lettres et de guitare, Marie Chabrun est diplômée de l’Ecole Normale De Musique dans la classe d’Alberto Ponce, c’est là qu’elle a fait la connaissance de Roland Dyens.

Elle a enseigné aux CRDS de Pantin et Romainville où elle a été très impliquée dans l’organisation des classes à horaires aménagés musique .

Son activité de concertiste a été dédiée essentiellement à la musique de chambre (duos, trios ,quatuor, ensembles )et à des spectacles incluant textes, poésie et chant avec la soprano Corinne LAPORTE (spectacles pour enfants, programmes autour de l’Espagne et de l’Amérique du Sud …)

Elle s’est produite en Europe, en Inde, en Amérique du Sud (Colombie et Argentine ) et elle fait partie actuellement de deux ensembles de tango argentin sous la houlette du guitariste argentin Diego Trosman ( « Las bordonas de Paris » et « cuatro compases  »).

Elle participe aussi, dès que possible, aux projets visant à faire connaître l’œuvre de Roland Dyens avec qui elle avait noué un lien d’amitié indéfectible .

Hélène Harel

Passionnée par la musique depuis l’âge de six ans, Hélène commence la guitare par l’accompagnement et la bossa nova qu’elle continue à pratiquer.Elle a connu Roland Dyens alors qu’il avait 15 ans, elle en avait 16, grâce à son cousin Jean-Luc Ceddaha, qui fut le percussionniste du goupe de musique Brésilienne de Roland. Tu es venu chez moi, tu as pris ma guitare, tu l’as fait sonner…et j’étais subjuguée !. . Je ne pensais pas devenir guitariste professionnelle, tu as largement contribué à ce que je le devienne… »

Retraitée de la fonction publique territoriale depuis février 2020, la carrière d’Hélène Harel a été avant tout celle d’une enseignante passionnée en tant que Professeur de guitare, musique de chambre, formation musicale, histoire de la musique au CRM de Rungis (94) et au CRD de Ville-d’Avray (GPSO 92). Elle a également joué en duos de guitares, et chant et guitare.

Hélène Harel a un diplôme d’écriture et un diplôme supérieur d’analyse musicale (École Normale de Musique de Paris) et le Diplôme d’État de professeur de guitare. Elle a suivi des cours d’arrangement pour guitare avec Roland Dyens et suivi une formation de direction d’ensembles d’instrumentaux et de jazz (guitare, chant et improvisation). Elle a travaillé pour plusieurs éditeurs (notamment les éditions Henri Lemoine, Billaudot, Hapax..) et écrit des pièces et arrangements pour guitare, chant et guitare, ensembles instrumentaux dont certaines sont éditées. Elle a réalisé des expertises dans le cadre de procès pour plagiat et a été rédactrice durant plusieurs années pour des revues musicales dont « Les cahiers de la guitare ».

Hélène Harel continue à écrire des arrangements, se consacre à l’enregistrement en studio et prépare la sortie d’un disque qu’elle dédiera à Roland Dyens.

NOUVEAUX MEMBRES DU CONSEILS D’ADMINISTRATION EN 2022 :
Bio et photos à venir

Dominique Morisse
Chargée de la recherche de financement

Edgar Blanc
Chargé de la recherche documentaire

Wim Hoogewerf
Chargé des relations avec le Conservatoire de Montreuil

L’assistant cochon

Assistant de Masterclass

Fidèle compagnon et assistant de Roland Dyens pour ses Masterclass ainsi que ses lunettes fétiches pour détendre ses élèves.

Les membres de droit : Sa maman, Nina, et ses enfants : Emmanuel, Yael, Sydney, Daphné (représentée jusqu’à sa majorité par sa mère Henriette).


Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :